Partagez | 

 Forgeron, forges-tu ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Forgeron, forges-tu ?   Mer 15 Oct 2014, 15:52
Et me voilà déambulant dans Tridéris-city, à la recherche de l’atelier dont on m’avait parlé. Œil au beurre noir, estafilades le long de la joue … Je ne m’en étais pas trop mal sorti.

Mais qu’est-ce que je m’en voulais d’avoir cassé ma lame de couteau. C’est arrivé tellement bêtement. Un client pas très honnête, je ne le sentais pas celui-là de toute manière. Un mauvais pressentiment qui s’est révélé vrai.

Comme d’hab’, un rendez-vous dans une rue pas trop fréquentée. C’était l’ami d’un très bon client à moi, fidèle, juste, et … accro. Je ne voulais pas au début, mais sous son insistance j’ai fini par céder. Après tout un acheteur de plus, c’est toujours ça de gagné !
A l’heure au rendez-vous, nickel, un gars bien soigné, qui parle bien, comme je ne les aime pas. Et vas-y que je te complimente, et que je te brosse dans le sens du poil. Il a vraiment cru que j’allais lui filer la dose comme ça, gratos. C’est là que je me trompais, il voulait bien plus, le nom de mon fabriquant et où je stockais les grosses quantités … tss tss tss. Ce que je n’avais pas vu venir ce sont ses deux potes gorilles qui ont tenté de me maintenir pour me passer à tabac. S’ils pensent que ce sont les 1ers … Bref, bagarre s’en suit, coups sur coups, puis vinrent les armes blanches. Forcément j’ai sorti l’un des miens histoire de ne pas me laisser intimider. Et lorsque j’ai voulu frapper le gars a esquivé à la dernière minute, dans mon élan le bout de la lame s’est coincé dans une rainure du mur, et quand j’ai voulu la décoincer, certes pas très délicatement, je me suis retrouvé avec une moitié de lame. Ça m’a fait une belle jambe …

Bref, je vous épargne les détails de la scène, j’ai réussi à m’en sortir, et à casser le nez de se vaut rien qui a voulu m’escroquer. Il se cachait derrière ses gardes là, vous y croyez ? Quel lâche ! Bon j’ai fini par fuir, à 2 baraques contre un pas très baraque je ne faisais pas le poids. Je n’ai jamais appris à me battre que dans la rue. Je devrais peut-être songer à prendre des cours, ça m’éviterai de finir la tronche en vrac.

Enfin bref, c’est comme ça que je me trouve à lambiner dans les rues, de jours, et avec mes ecchymoses. J’ai un peu mal aux côtes aussi …

On m’a parlé d’une certaine Shanka Timsbalh, forgeronne plutôt habile de ses mains. C’est son atelier que je cherche.
*Ah le bâtiment !*
Il s’agissait d’un petit immeuble de quelques étages seulement, la forge se trouvait au rez-de-chaussée.

J’entrais par une porte étroite, l’intérieur était sobre. Ça sentait, aussi incroyable que cela puisse paraître, le … métal. De nombreux objets figuraient en présentation, dont quelques couteaux. Je m’en approchais, ils étaient de bonne facture.

Je me retournais lorsque je me sentis dévisagé. Deux yeux marron me fixaient avec une certaine intensité. Je souris et m’approchais de la jeune femme, supposant que c’était mon homme … si je puis dire.
- Bonjour, saluai-je, je souhaiterai faire réparer ceci, dis-je en sortant mon moignon de couteau.
Oui, j’aurai très bien pu en racheter un autre, plus résistant, plus maniable, mais chacune de mes lames avait une histoire et j’y étais sentimentalement attaché.
Laissant l’artisane observer les dégâts je finis par demander :
- Cela vous est-il possible ? Je n’ai entendu que des louanges sur votre travail … *Me voilà à faire le lèche botte … on aura tout vu*
Et d’un, j’avais réellement entendu que du bien, et de deux, cela faisait maintenant 36h que je n’avais pas fermé l’œil, j’avais des excuses.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race: Humain
Niveau: Amateur (2/4)
Inventaire:
Admin - Furie rousse
Admin - Furie rousse
avatarShankaMessages : 435
Age : 30
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Jeu 16 Oct 2014, 09:59
Après quelques pérégrinations sur les autres planètes pour récupérer des matériaux de qualité, Shanka faisait une pause forge chez elle. Car c'était bien beau d'avoir du matos, il fallait aussi s'en servir ! Elle avait deux aspects de son jolie métier : l'officiel, où elle se contentait d'armes classiques, la plupart des lames, mais quelques fusils aussi. A noter que pour ces derniers, il s'agissait de modèles basiques, rien à voir avec les lasers des armes énitopiennes. Et puis il y avait l'autre côté de la donne, celui où elle s'éclatait à lier des enchantements à ses créations, comme ses gants de combat. Mais celui-là restait secret, peu de gens le connaissaient et elle veillait à n'en parler qu'à des personnes de confiance. C'était trop risqué, elle savait qu'elle risquait gros si ça venait à se savoir. Oh elle ne craignait pas de finir en prison, loin de là. Elle avait surtout peur de se retrouver dans un bâtiment d'une quelconque armée et d'être forcée à produire en masse, ou alors de se faire choper par une quelconque mafia qui voudrait une tripotée d'armes enchantées. Elle avait beau être forgeronne, elle refusait que ses bébés magiques servent à ce point aux tueries stupides des gens.

Enfin bon l'alchimiste faisait très attention et s'en sortait bien jusqu'à maintenant. Elle veillait à effacer ses traces lorsqu'elle achetait certains matériaux, elle avait ses fournisseurs, et encore sa forge "spéciale" était à part de la normale. Pour l'heure, elle avait décidé de gonfler un peu son stock classique qui se vidait petit à petit, faute surtout de sa présence. Beaucoup de gens lui avaient laissée des memos pour des commandes, ayant trouvé porte close. C'est ça de voyager tout le temps. Mais bon côté argent, vu le prix qu'elle demandait pour ses armes enchantées, elle avait largement de quoi se permettre ça.

Aujourd'hui, elle se trouvait dans son premier sous-sol, équipé de toute la technologie nécessaire pour la forge, avec un laser incandescent pour la chaleur, des tables de travail au métal indestructible ou presque - qu'elle avait elle-même faites - et d'autres outils rendant son activité fort agréable, bien que toujours délicate à faire. On ne devient forgeron qu'en forgeant après tout.

Cependant, alors qu'elle s'apprêtait à décorer une jolie dague de gravure, une alarme visuelle se déclencha. Un petit hologramme apparut devant elle, lui apprenant que quelqu'un était entré dans le rez-de-chaussée du bâtiment, à savoir la boutique. Dommage, la lame attendrait. Shanka la reposa, retira ses gants de travail, récupéra les siens, toujours en laissant les doigts à l'air libre, et retourna au rez-de-chaussée via un petit téléporteur qui ne fonctionnait qu'avec son adn. La sécurité, toujours la sécurité.

Elle aperçut sans mal une espèce de grand baraqué en veste de cuir, les cheveux dans tous les sens, et... ouah un superbe regard ! Ca c'était du bleu. Attendant qu'il la repère, elle s'avança juste un peu, constatant qu'il était vraiment grand ce type, mais bon tout le monde l'était à côté d'elle. Le jour où elle trouverait une personne adulte plus petite qu'elle, il faudrait qu'elle le note dans le calendrier. Le type la salua et lui montra un couteau à cran d'arrêter... décapité. Pauvre bête.

- Salut. Faut voir, mais à priori ça m'a pas l'air bien difficile.

Shanka récupéra la lame pour l'observer, la tournant dans tous les sens, passant un doigt expert sans se couper le moins du monde dessus. Non vraiment, c'était facile, le couteau était fait dans un alliage basique, limite insultant pour elle. Le grand dadais semblait douter un peu de ses capacités, ou alors avait peur qu'elle n'y arrive pas pour allez savoir quelles raisons. Un sentimental peut-être ? Ca serait pas la première fois. L'alchimiste rigola.

- Pas la peine de me flatter, je sais ce que je vaux. Niveau qualité, je peux faire bien mieux, mais je suppose que t'as de bonnes raisons pour vouloir conserver celui-là. Ca devrait pas prendre beaucoup de temps, une après-midi à tout casser. En plus j'ai tout ce qu'il faut. Ca te coûtera 150 crédits. Ca te va ?

Le prix était plus que correct. En fait, il remboursait les matériaux utilisés et lui permettait de se faire un repas ou deux au restaurant. Ce n'était pas avec ce genre de travaux qu'elle faisait son chiffre d'affaire, et comme elle n'avait pas besoin de dépouiller les gens pour vivre, toutes les commandes classiques étaient extrêmement peu chère, surtout par rapport à d'autres forgerons plus vénaux - qui lui en voulaient beaucoup.


Alors Invité... tu veux jouer avec moi ? [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Sam 18 Oct 2014, 07:57
Le tutoiement m’amusa.

150 Crédits … Cela me semblait loin d’être excessif. Surtout vis-à-vis des prix qui se pratiquaient de nos jours. Y avait-il baleine sous caillou ? Non, aucun mauvais pressentiment ne se manifestait.
- Vas pour 150. Il y en aura pour combien de temps ?

En regardant l’atelier je songeais au business que je pourrais faire si j’en avais hein. Bien oui, vous savez ce qui aurait été top en plus de cette pièce ? Une arrière-boutique où je pourrais jouir de mon activité principale. Faire un labo de drogue ! Mais bon, soyons réaliste, je n’y connaissais rien en fabrication de produits illicites et pour que ça fonctionne il aurait fallu que je fasse tourner la boutique qui me servait de couverture. Et pour ça faut s’y connaître dans quelque chose au moins. Ce n’était pas mon cas.

- Tu as fabriqué tout cela toute seule ? Demandai-je au petit bout de femme qui se trouver devant moi. C’est un sacré boulot tout de même.

Mon ventre se mit à gargouiller à ce moment-là … Je fermais les yeux d’exaspération, en soufflant. *Heureusement le ridicule ne tue pas, je serais mort depuis longtemps sinon...*
J’essayais de me rappeler la dernière fois que j’avais engloutis quelque chose … Un sandwich poulet tomate que j’avais finis en 2 bouchées, il y avait pas loin de 20h maintenant.

- Bon, comme tu as pu entendre mon ami l’estomac réclame pitance, tu veux que je te ramène un truc ou tu as déjà mangé ? Il était midi passé...
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race: Humain
Niveau: Amateur (2/4)
Inventaire:
Admin - Furie rousse
Admin - Furie rousse
avatarShankaMessages : 435
Age : 30
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Sam 18 Oct 2014, 10:39
C'est sans surprise que Shanka vit le grand dadais accepter son prix. Par contre soit il avait pas écouté ce qu'elle disait, soit il voulait une durée ultra précise, vu qu'il demanda combien de temps elle mettrait alors qu'elle avait déjà fait mention de la chose.

- Comme je l'ai déjà dit, pas plus d'une après-midi. Précisément je sais pas, je travaille au feeling, alors je ne me mets jamais de limite de temps aussi définie. D'ailleurs maintenant que j'y pense, t'as pas gardé l'autre morceau ?

Ca pouvait faire gagner pas mal de temps, puisque dans ce cas il suffisait de travailler le métal en rajoutant une certaine quantité pour fusionner les deux parties. Sinon, elle devrait créer elle-même l'alliage nécessaire en copiant celui qu'elle avait déjà pour reconstituer la lame aussi fidèlement que possible. Et sans modèle, ça revenait à le faire au feeling, pour recréer un bout harmonisé avec le reste de l'arme.

Shanka haussa les épaules à la question avant de rigoler.

- J'ai pas l'air d'être capable de faire tout ça hein ? Mais si. Faut jamais se fier aux apparences, surtout aux petits, ce sont les plus teigneux !

Tiens, Grand Dadais semblait avoir un petit creux, ce qui rappela à l'estomac de l'alchimiste qu'elle aussi avait un peu besoin de manger. Faut dire qu'elle oubliait tout ce qui ne touchait pas à sa forge quand elle s'y mettait.

- J'veux bien, j'ai oublié de manger depuis hier. Après ça dépend où tu vas. Ya un chouette Kebab à l'ancienne un peu plus loin dans la rue, quand tu descends vers la place Bettin. Un crudité frites avec sauce samouraï et supplément tomate, dis que tu viens de ma part, Jayce mettra ça sur ma note.

Elle connaissait tous les commerçants du coin, surtout ceux qui fournissaient de la nourriture. La cuisine et Shanka, ça faisait... beaucoup.


Alors Invité... tu veux jouer avec moi ? [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race: Cyborg
Niveau: Débutant (1/4)
Inventaire:
Sniper
Sniper
avatarEddyMessages : 42
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Mar 21 Oct 2014, 07:34
Eddy avait repéré l’homme alors qu’il déambulait sans but précis dans les rues de Trideris-City. Au premier coup d’œil, il s’était dit que ce type-là n’était pas clair, avec son blouson de cuir et son visage abîmé. Il ressemblait parfaitement à l’image qu’Eddy se faisait d’un chef de gang. En tout cas, c’était comme ça qu’ils étaient, à la télé. C’était une occasion en or de montrer à tous ce qu’il valait. Il en avait assez que personne ne le prenne au sérieux sous prétexte qu’il faisait plus jeune que son âge. Mais aujourd’hui, il allait prouver au monde qu’il était digne de devenir un grand soldat, garde du corps de la Triade. Et quel meilleur moyen, pour cela, que d’attraper un malfaiteur ! Bon, le garçon ne savait pas exactement ce que cet individu pouvait avoir fait de mal, mais vu son air pathibulaire, il avait forcément fait quelque chose, et il allait le refaire, Eddy en était persuadé. Il suffisait de le garder à l’œil, et d’être patient. Autre point problématique, le garçon n’avait aucune légitimité pour agir. Il n’était pas policier, ni soldat. Mais à coup sûr, s’il parvenait à coincer ce personnage, on l’intégrerait aussitôt dans la profession !

C’est ainsi que le jeune cyborg s’était mis à prendre le type en filature. Il appliquait à la lettre tout ce qu’il avait vu faire dans les films pour passer inaperçu : garder une distance raisonnable, se cacher à chaque angle de rue… Finalement, l’homme s’était arrêté devant un genre de boutique, dans laquelle il était entré. Peut-être allait-il rejoindre un complice ! Eddy était venu se poster à côté de la porte, et, après avoir écouté un moment, s’était penché pour jeter un coup d’œil à l’intérieur, le cœur battant. Il avait posé sa main sur son étui de ceinture, prêt à sortir son pistolet à billes à la moindre alerte. C’est alors qu’il avait vu les armes. Un nombre impressionnant d’équipements de toutes sortes, suspendus, accrochés, exposés un peu partout. Ce qui passionnait encore plus Eddy que la lutte contre le crime, c’était les armes. Aussi, l’admiration mêlée d’excitation que le garçon ressentit alors lui fit momentanément oublier la raison de sa présence ici, et il s’exposa un peu plus face à la porte, sans trop s’en rendre compte, pour mieux voir. Ouah, il y avait vraiment de tout. Il était tellement émerveillé qu’il n’écoutait même plus ce que les deux personnes dans la boutique se disaient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Mar 21 Oct 2014, 09:11
Effectivement je n’avais pas tout écouté. Il fallait vraiment que je me repose. *Mangeons déjà*
- Oui je vois où est ce Kebab. Un crudité frites avec sauce samouraï et supplément tomate donc, c’est partie !

Je sortis de la boutique en hâte, la faim dictant mes pas. Je bousculais assez violemment un individu au passage.
- Oh pardon gamin, dis-je en voyant le garçon. Je ne t’avais pas vu, ça va ?
M’assurant qu’il n’avait rien je parti au Kebab.

Il faisait bon, je ne mis pas longtemps à trouver le fast food. L’odeur de la viande titillait mes narines.
- Bonjour, bonjour ! Saluai-je. L’idée de manger me mis d’extrême bonne humeur. La tenancière me regarda de haut en bas. J’avais presque oublié que je n’étais pas vraiment présentable.
- Pour commencer, je vais vous prendre un Kebab crudité frites avec sauce samouraï et supplément tomate s’il-vous-plaît, et avec …
- Tiens, Shanka a un larbin maintenant ?
- Pardon ? Demandai-je en levant un sourcil. Je crains qu’il y ai une erreur, je suis juste un client sympathique, répondis-je un peu plus sec.
- Ah, se mit-elle à glousser, excusez mais il n’y a qu’elle qui prend ce kebab. Et avec votre mine … Bref, et pour vous ?
- Je vais vous prendre un Américain sauce Ketchup, frites et beaucoup d’oignons.
Certes ce petit aliment que je trouvais si délicieux ne donnait pas très bonne haleine, mais il y avait cette merveilleuse invention qui s’appelait le … Chewing gum. Toujours un paquet dans la poche !
- Et rajoutez un kebab poulet frite sauce blanche, toujours avec des oignons. J’ai faim …
Le temps de la préparation je discutais avec la fameuse Jayce, femme rigolote. Je ne suis pas rancunier, et puis bon, je ne suis pas un larbin mais pas sûr que je vaille mieux en soi.

Parfois ma conscience se réveillait. Rendre les gens dépendant, créer une addiction pour mieux vendre. Détruire leur santé … Si ce n’était pas moi ce serait d’autres. Et puis, chacun est responsable de ses actes.

Je repartis avec la commande dans une poche. De retour à l’atelier je revis le gamin.
- Ah tiens tu es toujours là toi ? T’as faim ? J’ai un kebab en plus si tu veux.
Je tendis son repas à la forgeronne rousse.
- Jayce est bien sympathique. Elle m’a pris pour ton larbin … J’ai vraiment l’air d'un apprenti forgeron moi ? Demandai-je avec un clin d’œil.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race: Humain
Niveau: Amateur (2/4)
Inventaire:
Admin - Furie rousse
Admin - Furie rousse
avatarShankaMessages : 435
Age : 30
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Mar 21 Oct 2014, 09:52
Bon Shanka n'avait pas eu sa réponse, mais au moins le grand dadais avait enregistré sa commande, c'était toujours ça. En attendant, elle alla s'asseoir sur un long comptoir en verre transparent dans lequel des dagues très ouvragées étaient exposées - bien entendu sous un système de sécurité compétent. Elle continua son observation des restes du couteau et s'amusa un peu à le sonder. Mais non, elle ne détecta aucune énergie particulière, c'était donc bel et bien une lame tout à fait ordinaire. Rien de magique là-dedans.

Elle irait bien au sous-sol mais le kebab n'allait sûrement pas tarder, alors mieux valait attendre ici. A défaut de pouvoir commencer à forger, elle s'allongea carrément sur le comptoir, sur le dos, pour coller le couteau à ses yeux et, en le bougeant légèrement, mieux voir ce qui l'intéressait via les lumières de la boutique.

- Hmmm...

Ca allait vraiment être rapide comme boulot. Cela dit, elle allait se permettre de rajouter un alliage pour consolider cette lame, histoire qu'elle tienne plus longtemps et mieux face à un éventuel duel. Elle ne savait pas comment l'arme s'était brisée, et elle s'en fichait. Ca pouvait très bien être pendant une tentative de meurtre, ça ne la regardait pas. L'alchimiste était une professionnelle : elle forgeait ou vendait des armes, elle ne posait pas de questions. Il n'y avait qu'un seul cas où elle devait tout savoir : quand il s'agissait de ses bébés enchantés.

L'impression d'être observée se mit alors à la titiller et Shanka sentit qu'il y avait un intrus sur son territoire. Elle se releva donc pour s'asseoir sur le comptoir et aperçut un jeune garçon.

- Tu cherches un truc ?

Ca ne l'inquiétait pas plus que ça qu'un gamin soit dans sa boutique : tout était sécurisé et inaccessible pour une personne normal. Personne ne pouvait manipuler une arme sans que l'alchimiste ne la lui donne. Alors elle ne craignait aucun accident particulier. Le grand dadais finit enfin par revenir avec son repas, qu'elle se pressa de récupérer sans bouger de son comptoir, les fesses au dessus d'une magnifique dague dentelée aux fauves gravés sur le bas de la lame.

- Ah merci ! Normal Jayce fait les meilleurs kebab de la ville. Un apprenti forgeron ? Non pas vraiment. Plutôt une de mes nombreuses conquêtes qui me supplient pour avoir l'autorisation de se traîner à mes pieds.

Shanka rigola à cette idée, s'amusant à laisser planer le doute sur ce qui pouvait passer pour une plaisanterie comme quelque chose de sérieux.

- Et sinon t'as encore zappé un bout de ce que je te disais : t'as gardé la partie cassée de ton couteau ou pas ? Parce que sinon, va falloir soit que tu me décrives à mort comment elle était, soit que je fasse au feeling et ça sera pas forcément exactement la même chose. Sauf si tu connais le modèle et qu'il existe en série, à la limite, là j'pourrais rechercher sa tronche initiale et la copier.

Bien sûr parler boulot devant un gamin ne la dérangeait absolument pas. Tout comme manger un kebab sur son comptoir.


Alors Invité... tu veux jouer avec moi ? [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race: Cyborg
Niveau: Débutant (1/4)
Inventaire:
Sniper
Sniper
avatarEddyMessages : 42
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Mer 22 Oct 2014, 04:43
Trop fasciné par la variété des armes exposées dans la boutique, Eddy ne vit pas le type sortir de l’établissement en se dirigeant droit sur lui. Il fut percuté de plein fouet et, après avoir reculé de quelques pas, il se retrouva assis par terre, au milieu de la rue. Un peu surpris, il se releva en se massant l’arrière-train, et se contenta de hocher la tête affirmativement d’un air ahuri quand l’individu lui demanda s’il allait bien. Puis il le regarda s’éloigner, hésitant à le suivre. Il allait lui échapper ! Mais d’un autre côté, cette boutique avait vraiment l’air fantastique. Le regard du garçon alterna un instant entre la porte du magasin et l’homme qui s’éloignait. Finalement, il se décida et franchit l’entrée, laissant partir le type. L’attraction des équipements de combat était trop forte. Tant pis, il trouverait un autre malfaiteur à neutraliser.

Une fois à l’intérieur, il fit un rapide tour d’horizon des lieux, et remarqua enfin une jeune femme rousse allongée sur un comptoir, en train d’examiner quelque chose qu’elle tenait à la main. . Il trouva la position un peu bizarre, et resta à l’observer un instant, jusqu’à ce qu’elle se redresse et passe en position assise en posant son regard sur lui. Quand elle lui demanda s’il cherchait quelque chose, il répondit avec enthousiasme :

« Je jette juste un coup d’œil. C’est trop cool ici ! »

Et il se tourna vers l’une des vitrines qu’il commença à examiner méticuleusement.

« Ouah ! C’est qui qui a fait tout ça ? Il doit être vachement fort comme forgeron ! »

Il lui semblait,, à première vue, qu’aucune des pièces exposées n’avait le moindre défaut. Quand il pensait à son vieux pistolet à billes qui commençait à être marqué par le temps… Pris d’une soudaine inspiration, il se tourna vers la vendeuse.

« Vous avez des pistolets ? »

C’est alors que l’homme revint dans la boutique, sortant des paquets de ses poches. Eddy fut étonné une nouvelle fois. Ca alors, il n’était pas vraiment parti finalement, il était simplement allé chercher à manger. Ca prouvait qu’il connaissait déjà la vendeuse et qu’ils étaient complices ! Cela dit, ils n’avaient pas l’air agressifs tous les deux. De plus près, l’homme semblait d’ailleurs beaucoup moins menaçant. Il lui proposa même de partager leur repas. Eddy hésita. Ne serait-il pas lui aussi considéré comme un complice s’il mangeait avec ces deux-là ? Mais la rue semblait assez tranquille, personne n’en saurait rien. Et puis, c’est vrai qu’il commençait à avoir faim, surtout avec cette odeur épicée qui commençait à se répandre dans la boutique.

Finalement, l’estomac du garçon répondit pour lui, par un grognement sonore. Résigné, Eddy hocha la tête sans rien dire. Après tout, cela pouvait peut-être l’aider dans sa mission, de mettre en confiance ces gens avant de les coincer. Il prit donc le paquet que l’homme lui tendait, le déballa, et commença à en dévorer le contenu avec apétit, tout en continuant à jeter des coups d’œil intéressés tout autour de lui. Il écoutait aussi ce que la jeune femme disait. Apparemment, elle ne faisait pas que vendre les armes, elle les réparait aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Ven 24 Oct 2014, 04:53
Le ventre du gamin me répondit à sa place. Je fouillais dans le sac et lui tendis le kebab :
- Tiens, j’espère que tu aimes, il est au poulet frites sauce blanche, et il y a pas mal d’oignons dedans.

La remarque de la forgeronne me fit rire.
- Madame a des goûts de luxe en matière d’hommes à ce que je vois, plaisantai-je. Ben si, faut avouer que je suis un pur beau gosse, très classe et propre sur lui. Je ris tout en mangeant mon Américain.

Effectivement je n’avais pas écouté, encore une fois. Ce n’était pas vraiment dans mes habitudes, je devais être trop affamé pour faire attention.
- Non je n’ai pas le bout manquant de la lame.
Elle était restait fichée profondément dans le mur, et avec les deux gros gorilles je ne m’étais pas vraiment amusé à rester sur place. Je sais, je suis un petit joueur.
- Je ne sais pas si c’est un modèle répandu mais je peux te la dessiner si tu veux.
Je n’étais pas un grand dessinateur mais je me débrouillais pas trop mal. Je devais ça à mon père, quand il m’a formé à son travail. Il était parfois amené à redessiner des pièces. Il m’apprit donc à bien observer un objet, ses proportions, son volume, et le retranscrire sur une feuille. Les débuts avait été laborieux puis je m’en étais mieux sorti à force d’entrainements.

- Attrape moi une feuille et un stylo je te prie, demandai-je à l’attention de Shanka. La lame n’est pas bien compliquée, elle est basique, sans fioriture, lisse, légèrement courbe. Comme on trouve un peu partout tu vois.
Je m’installais à côté d’elle, coude sur le comptoir coinçant la feuille, tête posé sur la main et de l’autre je tenais le crayon et commençais à griffonner. Je le lâchais de temps à autre pour prendre une bouchée du sandwich.

Ce couteau venait de ma mère. Elle me l’avait offert à mes 11 ans. Comme je traînais beaucoup dans la rue … Il était surtout pratique pour bricoler vite fait, ouvrir des boîtes bien consolider, pas très menaçant mais bien affuté. C’était le seul souvenir physique qu’il me restait d'elle. Oui, un grand benêt sentimental que voulez-vous. Elle reste celle qui m’a donné la vie. Et même si je n’ai pas eu une éducation idéale, elle avait fait en sorte que ma vie soit meilleure.

- Tiens, tendis-je à la jeune femme, bouche pleine de ma dernière bouchée.
J’avais dessiné le couteau en son entier, de profil et trois-quarts. J’avais mis un peu de temps et après quelques reprises je n’étais pas mécontent du résultat.

Le gamin toujours là, je me retournais vers lui et lançais :
- Alors, intéressé par une arme ? Il n’est jamais trop tôt pour apprendre à se défendre, dis-je dans un sourire.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race: Humain
Niveau: Amateur (2/4)
Inventaire:
Admin - Furie rousse
Admin - Furie rousse
avatarShankaMessages : 435
Age : 30
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Sam 25 Oct 2014, 01:01
Le gamin semblait très enthousiaste, mais bon ce n'était pas la première fois que cette situation arrivait ici. Les armes fascinaient tellement les mecs, peu importe leur âge. Mais bon ça ne faisait de mal à personne, et celui-là ne semblait pas être un délinquant à la recherche d'un poignard pour découper la tête de son prof du moment. Shanka sourit donc à la remarque.

- Evidement que c'est trop cool ici, c'est chez moi.

Ca allait de soi. Elle rigola à la remarque suivante tandis que le gamin buvait des yeux les vitrines.

- Tu l'as devant toi ton forgeron. Il a pas vraiment le physique de l'emploi, mais il fait de bons trucs.

Des pistolets ? Oui, elle avait une petite partie de la boutique où des flingues et quelques fusils étaient affichés. Ca n'était pas son arme préférée en matière de forge, mais elle aimait bien en faire de temps en temps, ça changeait beaucoup des lames classiques et ça demandait un exercice particulier pour toute la mécanique que ça renfermait.

- T'en as quelques-uns là-bas. Par contre espèce pas trouver des lasers ici, je fais pas dans ce genre de trucs.

Le retour du grand dadais et son offre généreuse à l'égard du gamin le coupa dans ses questions. L'alchimiste pouvait donc revenir à son client, qui ne manqua pas de tirer parti de sa remarque. Au moins il ne se démontait pas, c'était marrant.

- Tellement modeste surtout ! Ya pire, mais côté soin des armes tu m'as pas l'air terrible terrible.

En prime il n'avait pas l'autre partie. C'aurait été plus pratique, mais bon elle ferait sans. Tiens il voulait la dessiner ? Pourquoi pas. Son kebab dans une main, toujours assise sur son comptoir, elle se pencha en arrière pour tendre la libre dessous et en tirer une feuille, ainsi qu'un crayon à papier mâchonné au bout. Elle n'utilisait pas souvent cette façon d'écrire, préférant les hologrammes informatiques, mais elle aimait bien de temps en temps griffonner. Elle refila les objets au grand dadais et continua de manger tranquillement. C'était boooon !

Le dessin terminé, elle observa le résultat. Il avait un bon coup de crayon l'animal. Elle devrait reproduire la forme sans problème.

- Parfait, ça va être encore plus facile que je croyais. Et pour infos, je suis cool, ok, mais je vends pas d'armes aux jeunes. Je respecte quand même encore un minimum la loi.

Autant ça ne la dérangeait pas de réparer le couteau d'un type potentiellement louche et casse-gueule, autant vendre quelque chose à un gamin même pas en rêve. Après, si le grand dadais voulait acheter un truc et la lui offrir, ça ne la concernait pas. Elle n'allait pas non plus fliquer ses créations à ce point.


Alors Invité... tu veux jouer avec moi ? [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race: Cyborg
Niveau: Débutant (1/4)
Inventaire:
Sniper
Sniper
avatarEddyMessages : 42
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Mar 28 Oct 2014, 03:54
Quand Shanka lui apprit que c’était elle la forgeronne, le garçon la regarda un moment avec admiration.

« C’est trop cool ! »

Puis il fronça les sourcils. Comment faisait-elle pour façonner des armes toute seule, alors qu’elle ne paraissait pas bien forte. Pour lui, il fallait être un colosse pour forger. Soudain, son visage s’illumina, et il s’écria avec enthousiasme :

« Vous avez des pouvoirs hein ? Vous êtes une mage en fait ! »

Ca alors, c’était la deuxième mage qu’il rencontrait en si peu de temps. Il avait vraiment de la chance en ce moment.

« Vous pouvez me montrer comment vous faites ? »

Entre temps, l’homme était donc revenu dans la boutique. A nouveau, Eddy hocha vigoureusement la tête quand il lui demanda s’il aimait le kebab. Comme pour en donner la preuve, il commença à le dévorer, tout en se disant que finalement, ce type n’était peut-être pas si mauvais qu’il l’avait cru. Puis il alla se planter devant la vitrine que la forgeronne lui avait indiquée, celle où se trouvaient les pistolets. Tout en admirant les armes, la bouche pleine, il se demanda s’il aurait assez d’argent pour en acheter une. La sienne avait vraiment besoin d’être remplacée. En tout cas, c’était ce que la vue de toutes ces merveilles lui inspirait de plus en plus. Il ne prêtait aucune attention à ce que faisaient et disaient les deux autres. Aussi, quand l’homme l’interpela à nouveau, il se retourna, un peu surpris, avant de répondre avec animation :

« Ouais, elles ont l’air trop bien ces armes ! »

Puis il ajouta, d’un air plus déterminé, en posant la main qui ne tenait pas le kebab sur son étui de ceinture :

« Je sais me défendre ! Je suis déjà presque un grand garde du corps ! »

Son visage se décomposa quand il entendit Shanka dire qu’elle ne vendait pas d’armes aux jeunes. Il jeta un nouveau regard vers la vitrine, puis baissa le nez. Encore une fois, il avait l’impression qu’on ne le prenait pas au sérieux. Il bougonna :

« J’suis plus vieux que j’en ai l’air, d’abord. »

C’était tout à fait vrai, mais peut-être pas à un point qui lui aurait permis de se faire vendre une arme, quand même, et il le savait très bien. Ce n’était pas la première fois qu’on lui refusait un équipement digne de ce nom, qu’on lui disait d’attendre quelques années. Mais il ne pouvait pas attendre. Il fallait qu’il s’entraîne, s’il voulait un jour devenir garde du corps de la Triade. Il n’avait pas de temps à perdre. Bien sûr, il avait son pistolet à billes, qu’il avait d’ailleurs eu du mal à se procurer, déjà. Mais il se disait que ce n’était pas pareil qu’une vraie arme, et qu’il faudrait bien qu’il puisse un jour s’exercer réellement.

Machinalement, il sortit de son étui son petit compagnon métallique, à la crosse et au canon rouillés par les mésaventures diverses et variées qu’il avait traversées, et l’observa, l’air dépité. Et dire que ça n’avait même pas réussi à tenir en respect un gros riche même pas armé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Dim 02 Nov 2014, 06:18
La jeune femme se refusait de vendre des armes aux mineurs, elle était honnête. C’est grâce à des commerçants comme elle que le trafic de rue existait. Je m’abstenais de révéler au gamin qu’il pouvait très bien se procurer un flingue sans limite d’âge. Tant que l’argent ne manquait pas.
- Je sais me défendre ! Je suis déjà presque un grand garde du corps !

Cette réplique me fit bien rire. Voyant le sérieux du petit je me repris.
- Il va falloir t’étoffer gamin si tu veux qu’on te prenne au sérieux. Ne te vexe pas, c’est juste un conseil. Et avant d’apprendre à te servir d’une arme à feu je te conseillerai d’apprendre à te défendre au corps à corps avant tout.
Je me rendis compte que je recommandais à un gosse d’apprendre à se battre … Je lançais un regard à la petite rousse en haussant les épaules.

En réalité j’avais en horreur ses armes, difficile d’y échapper quand on vous menace avec, et surtout je ne supportais pas de les manipuler. J’avais déjà eu l’occasion d’en tenir, mes mains sont devenues moites, je ne suis pourtant pas du genre à me laisser troubler. Tout ça pour dire que ce n’est pas ma tasse de thé. Rien de mieux que les poings ou les lames de couteau. Le corps à corps laissait toujours une chance de s’en sortir.

J’eus un léger recul lorsque le garçon sorti son arme, un petit pistolet.
- Ah mais je vois que tu as déjà une arme !
Je m’approchais malgré moi. Mmmh elle avait l’air d’avoir souffert. Ce gamin devait vraiment être déterminé à devenir garde du corps. J’aurais bien voulu connaître sa vie pour expliquer sa résolution. Mais bon, ce n’était pas tout, une sieste m’attendait.

Me retournant sur la forgeronne je lui demandais :
- Je reviens le chercher ce soir ou tu préfères demain matin ? Après tout je ne connaissais pas la fréquentation de l’établissement. Peut-être les clients l'empêcherai de travailler sur ma lame.

Je me dirigeais vers la sortie quand une sensation étrange m’assaillie. Un léger vertige me prit. Je dus m’appuyer sur la porte pour reprendre mes esprits. Prudent je regardais dehors avant de re-rentrer aussitôt. L’un des gorilles de cette nuit se dirigeait droit vers l’établissement. Je regarder à droite, à gauche, puis fixais Shanka. Toute bonne humeur me quitta d’un coup d’un seul. *Mais qu’est-ce qu’il fou là, il n’a pas pu retrouver ma trace ! Ce n’est pas possible !*

Je me dirigeais avec hâte derrière le comptoir. Voyant le regard de la rouquine je lui dis à voix basse :
- Je suis désolé mais il y a un grand bonhomme qui arrive et il ne doit absolument pas me voir ! Tu auras définitivement perdu un client sinon. Le sous-entendu « je suis mort » était assez explicite.
- Tu n’aurais pas une autre sorti ? Pressai-je.

La porte s’entrouvrit, je m’accroupis …
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race: Humain
Niveau: Amateur (2/4)
Inventaire:
Admin - Furie rousse
Admin - Furie rousse
avatarShankaMessages : 435
Age : 30
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Dim 02 Nov 2014, 10:30
Apparemment le gamin n'était pas totalement convaincu par le fait que c'était Shanka qui forgeait ces armes. Une idée sembla lui expliquer la chose, et, lorsqu'il l'exposa, elle rigola.

- Plus ou moins. Me demande pas de lancer une boule de feu, je sais pas faire. Je ne propose pas vraiment de démonstrations, mais bon si tu t'ennuies un jour et que je suis là, pourquoi pas.

Elle pouvait lui montrer comment elle forgeait des armes classiques, ce n'était un secret pour personne. Bien sûr, il était hors de question de l'instruire sur les enchantements. Ca, il valait mieux éviter que n'importe qui le sache.

Tandis qu'elle s'occupait de son kebab, l'alchimiste écouta distraitement les deux "hommes" de sa boutique discuter des armes. Tiens le mioche en avait une, enfin plus ou moins, une espèce de pistolet à billes si son oeil ne la trompait pas. Lorsque le grand dadais encouragea le gamin à apprendre à se battre, elle se contenta de hausser les épaules alors qu'il la regardait.

- Ca dépend, le corps-à-corps c'est cool, mais face à un flingue, si on maîtrise pas parfaitement son art, on est foutus.

Elle avait ses gants et leur enchantement, alors elle pouvait réagir et se débrouiller. Mais un combattant de corps-à-corps pur, sans aucun moyen d'atteindre quelqu'un à distance, ne pouvait rien faire, si ce n'est prier pour esquiver les balles. Ou les lasers. Enfin c'était au gamin de choisir sa voix. De toute façon, s'il entamait réellement une formation pour devenir garde du corps, il aurait droit aux deux styles de combat.

Shanka éclata de rire alors que le gamin se prétendait plus vieux, l'air un peu boudeur.

- J'ai dit "aux jeunes", j'ai pas dit "aux mioches". Tu fais pas si gamin que ça quand même.

Mordant une nouvelle fois dans son kebab, dont il ne restait plus grand chose, elle haussa les épaules à la demande du grand dadais.

- C'est calme en ce moment, mais tu peux toujours revenir demain matin. Je terminerai dans la nuit.

Les commandes réelles étaient assez rares, les gens se contentaient souvent des armes déjà réalisées, alors elle aurait vite fini. Terminant son sandwich, l'alchimiste se frotta les mains tout en observant le comportement du grand dadais. Il semblait décider à sortir quand il eut l'air mal en point. Un vertige ? Peut-être. Ca ne s'arrangea pas alors qu'il regardait de tous les côtés après avoir jeté un coup d'oeil dans la rue. On aurait dit qu'il s'était pris un seau d'eau glacée dans la figure.

Hep là, d'où il allait derrière son comptoir ? Ok yavait rien de valeur là-dedans mais bon quand même.

- Oh. Je vois.

Ca sentait la sale affaire à pleine nez, ce qui ne plaisait pas du tout à Shanka. Elle évitait de tremper dans des histoires louches pouvant attirer trop d'attention sur sa boutique. Enfin s'il fallait juste que le type qui arrivait ne voit pas le grand dadais, c'était facile. L'alchimiste descendit d'un bond de son comptoir.

- T'inquiète, j'm'en occupe. Toi le garde du corps, reste tranquille.

Le type qui entra était immense, bien musclé, un vrai gorille. Shanka s'avança tranquillement vers lui, s'amusant à ajuster un peu ses gants de combat qu'elle portait tout le temps, qu'on pouvait plus qualifier de mitaines - mais mitaines de combat, ça fait moins classe.

- Salut. C'est pour quoi ?

S'il faisait mine de ne serait-ce que penser à fouiller sa boutique, elle comptait bien lui coller un pain, même s'il faisait trois têtes de plus qu'elle. On s'incrustait pas comme ça chez elle, et mine de rien sa réputation dans le quartier était assez bonne. Fallait y réfléchir à deux fois avant de s'en prendre à ce petit bout de forgeron !


Alors Invité... tu veux jouer avec moi ? [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race: Cyborg
Niveau: Débutant (1/4)
Inventaire:
Sniper
Sniper
avatarEddyMessages : 42
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Lun 03 Nov 2014, 07:30
Shanka confirma qu’elle était bel et bien une mage. Eddy ne fit pas attention au « plus ou moins », qui nuançait pas mal la chose. Pour lui, l’information la plus importante était là, elle n’avait pas dit non. Et en plus, elle acceptait de lui montrer un jour. Le garçon fit un bond sur place :

« Ouaiiiis, super ! Je repasserai vous voir bientôt alors ! Vous êtes là tous les jours ? »

Il se retourna vers l’homme et l’écouta, fronçant le nez en l’entendant le traiter de gamin. Mais il ne releva pas, distrait par l’idée d’apprendre à se battre au corps à corps. Trop fasciné par les armes, il n’y avait jamais vraiment pensé. Mais c’était vrai, ça pourrait lui être bien utile. Après quelques secondes de réflexion, il répondit, l’air un peu penaud :

« Mais qui c’est qui va m’apprendre ça ? Les gens disent toujours que je suis trop jeune pour me battre… »

Il laissa l’individu s’approcher pour observer son arme, un peu honteux de la présenter dans un si piteux état. Comme pour s’excuser, il dit :

« Ca fait longtemps que je l’ai. Mais à chaque fois que je m’en sers il m’arrive des ennuis… Il marche pas toujours très bien. »

De fait, ce n’était pas vraiment à l’arme elle-même qu’Eddy devait ses fréquents problèmes, mais plutôt à son manque d’adresse à l’utiliser. Les billes qui partaient toutes seules alors qu’il ne voulait pas tirer, ou bien qui rataient de très loin sa cible, allant causer des dégâts ailleurs, ça lui arrivait souvent. Mais il ne s’en rendait pas vraiment compte, mettant tout cela sur le compte d’un défaut de fabrication.

Il entendit le commentaire de Shanka sur le combat au corps-à-corps. Elle avait raison aussi. Face à un tir de loin, savoir se servir de ses poings ne valait pas grand-chose. Perplexe, il ne savait plus trop quoi penser, du coup. Mais quand l’alchimiste déclara qu’il ne faisait pas si jeune que ça, il ne put retenir un sourire et bomba le torse. Tout espoir n’était donc pas perdu. Peut-être qu’elle le prenait un tout petit peu plus au sérieux que la plupart des gens qu’il avait croisés. Tout en finissant son kebab, il suivit du regard le type qui s’apprétait à sortir de la boutique, et le vit se tenir à la porte, comme s’il allait tomber. Intrigué, il ouvrit la bouche pour demander ce qui se passait, mais l’homme revint précipitamment à l’intérieur et alla ss’accroupir derrière le comptoir, après avoir dit à la forgeronne qu’il ne fallait pas qu’on le trouve. La méfiance refit surface dans la tête du garçon. Cet individu était-il recherché par la police ? Un agent l’avait-il repéré ?

Quand la propriétaire des lieux lui recommanda de se tenir tranquille, Eddy ne se fit pas prier. Se rappelant de sa toute récente expérience malheureuse avec les forces de l’ordre, il glissa vivement son pistolet dans son étui, qu’il tenta de cacher tant bien que mal sous un pan de son blouson. Puis il alla vers le fond de la boutique, se tournant vers une vitrine au hasard, tentant de prendre un air naturel. Qu’allait dire le policier s’il le trouvait dans un magasin d’armes ? Il jeta tout de même un coup d’œil par-dessus son épaule, au nouveau visiteur. Mais ce dernier n’avait rien d’un policier. Pas d’uniforme, aucun insigne en vue… Mais alors, qui c’était ce bonhomme ? Le garçon se tourna à demi pour mieux l’observer. Il n’avait vraiment pas l’air commode. Pourtant, la forgeronne s’était déjà approchée de lui sans se démonter. Le jeune cyborg sentit la tension ambiante s’accentuer brusquement. Par réflexe, il posa à nouveau sa main sur son étui de ceinture, et ne bougea plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Mer 05 Nov 2014, 02:39
La forgeronne ne se démonta pas. Haute comme trois pommes je l’entendis aborder l’armoire à glace comme on aborde une mamie … J’exagère un peu, mais pas loin.

- Je viens récupérer un révolver PX500 que mon Patron a commandé. Répondit le monstre de sa voix gutturale. Il aurait mieux fait de le récupérer hier … rajouta-t-il après quelques secondes.

J’aurais été mal si ça avait été le cas. La raison de sa venue me rasséréna un peu. Toujours accroupi derrière le comptoir je n’osais plus faire le moindre mouvement ni émettre le moindre son. Il fallait que je pense à respirer avant de suffoquer. Lentement, j’emplie mes poumons d’air, avant d’expirer tout aussi doucement.

- T’as des machettes ? Demanda-t-il encore. Sa voix était railleuse, vraiment désagréable à entendre.

J’entendis ses pas lourds s’avancer, il devait sûrement faire le tour des vitrines.
- Tu fais du bon travail … Qui crut que ce gaillard savait faire des compliments ? Sûrement pas moi !

Continuant son tour je l’entendis grogner vers l’endroit où se trouver le gamin. Il devait tenter de l’impressionner. Des gars comme ça j’en ai connu, de vrais durs à cuire, jusqu’à ce qu’on trouve le point faible. Comme tout le monde vous me direz, mais je sais pas, eux ils ont The point faible qui, une fois atteint, les mette K.O. direct. Bon, encore fallait-il le trouver, moi je le chercher encore.

Une fois les échanges avec Shanka terminés il s’approcha dangereusement du comptoir et lui demanda :
- Connais-tu un type surnommé Le Félin ? S’ensuivit un bruit que je reconnu sans aucun mal, une lame qui s’ouvre, cran d’arrêt ouvert.

Je m’apprêtais à sortir de ma « cachette », il était hors de question que ce c.n menace qui que ce soit ici …
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race: Humain
Niveau: Amateur (2/4)
Inventaire:
Admin - Furie rousse
Admin - Furie rousse
avatarShankaMessages : 435
Age : 30
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Mer 05 Nov 2014, 11:15
Shanka avait hoché la tête à la question d'Eddy sur sa présence ici de tous les jours. Enfin en ce moment en tout cas, puisqu'elle avait assez de matériel pour travailler un petit moment. Elle repartirait plus tard en quête d'artefacts et de métaux intéressants. Pour le moment, ce n'était pas vraiment le plus urgent. Le gamin n'avait pas fait d'histoires et s'était bien même planqué dans le fond de sa boutique.

L'animal qui venait d'entrer et avait foutu la trouille à son dernier client expliqua la raison de sa venue. PX500, PX500... l'alchimiste joua du doigt avec une de ses mèches, réfléchissant. Ah oui, ça y est, elle se souvenait. Haussant les épaules à la remarque mystérieuse du type, elle lui répondit.

- J'vois de quoi il s'agit. T'as le code ?

Shanka sécurisait toujours les transactions à plusieurs. Le fameux revolver demandé devait sûrement servir à des trucs louches. Ca, elle s'en foutait. Par contre, en bonne professionnelle, elle veillait toujours à donner un code au commanditaire, qui pouvait le transmettre à un sous-fifre s'il voulait qu'un de ses gars vienne chercher son arme. Ce qui arrivait souvent dans ce genre de milieu. Comme ça, elle savait qu'elle remettait bien la bonne commande à la bonne personne.

- Yen a quelques-unes dans le coin à droite.

Shanka attendait tranquillement, pas stressée pour un sou. Elle finit par avoir le fameux code et alla s'asseoir sur le comptoir. Puis elle s'y allongea pour tendre la main vers un compartiment sécurisé, juste à côté du grand dadais. Elle fit une petite manipulation très rapide, le système reconnut autant le mouvement que son ADN, et la paroi disparut un instant. Elle attrapa l'arme demandée et l'en sortit tranquillement.

- Pense à respirer, ça aide.

Souriant, plus amusée par la situation qu'autre chose, l'alchimiste n'avait bien entendu fait que murmurer ses propres. Le compartiment se reverrouilla aussi vite qu'il s'était ouvert et elle se redressa avant de quitter le comptoir. Tiens la grosse brute semblait vouloir impressionner le gamin. Ca ne dura pas longtemps cela dit et il revint vers elle tandis qu'elle lui donnait l'arme. Tout avait déjà été payé, l'affaire était donc terminée. Mais pas pour lui apparemment.

Shanka ricana en levant la tête pour bien voir la tête du type qui osait sortir un couteau dans SA boutique.

- J'suis sûre que d'un truc : toi tu me connais pas. C'pas en me menaçant dans MON commerce que tu vas avoir une réponse. Maintenant si tu ranges ton joujou et me redemandes gentiment, j'peux envisager de te répondre. Sinon tu dégages d'ici avant que je te colle mon poing dans la figure et que t'aies besoin d'inventer une excuse pour pas te péter la honte devant tes copains.

Le tout dit avec un jolie sourire un peu malsain sur les bords, pour ne pas dire psychopathe.


Alors Invité... tu veux jouer avec moi ? [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race: Cyborg
Niveau: Débutant (1/4)
Inventaire:
Sniper
Sniper
avatarEddyMessages : 42
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Sam 08 Nov 2014, 08:03
Toujours sans bouger, Eddy assista à l’échange entre la forgeronne et son nouveau client, qui décidément n’avait pas l’air commode, bien que d’une certaine façon il en eût l’aspect. Il le suivit des yeux quand il se déplaça dans la boutique, d’un présentoir à l’autre. Il imagina ce colosse manipulant une machette, et ne put retenir un frisson. Mais il se reprit aussitôt. S’il voulait devenir un grand garde du corps, il ne fallait pas qu’il ait peur du premier gorille venu, si imposant fût-il. Il devait se montrer plus courageux que l’autre homme, qui s’était caché derrière le comptoir. Lui, Eddy, ne se cacherait pas. Aussi, quand le visiteur s’approcha de lui en émettant une sorte de grondement, le garçon prit son courage à deux mains et leva la tête pour le regarder dans les yeux, d’un air qu’il voulait déterminé. Il ne sut pas trop s’il avait fait forte impression, car le colosse se détourna rapidement pour aller se planter devant le comptoir.

Eddy retint un soupir de soulagement quand l’homme s’éloigna de lui, et continua à observer en silence. Il vit la femme rousse se plonger derrière son comptoir, là où se trouvait le type aux kebabs, et en tirer le pistolet que la grosse brute demandait. Malgré son air impassible qui impressionna le garçon, elle devait être terrorisée, puisqu’elle remettait sans sourciller une arme à ce type peu recommandable. S’il avait été moins impressionnant, elle aurait sûrement refusé de le servir. Quand on était un vendeur honnête, on ne fournissait pas les types pathibulaires comme ça. En tout cas, c’était ce que pensait Eddy. Probablement que, si elle n’opposait aucune résistance, c’était qu’elle avait peur de recevoir un mauvais coup, ou qu’il saccage sa boutique.

Eddy aurait bien pensé intervenir, mais il sentait confusément qu’il n’avait pas les moyens de faire face à cette montagne de muscles. Et puis, sa récente mésaventure avec Blue le faisait hésiter à sortir son arme, même comme outil de dissuasion. La dernière fois, le coup était bien parti sans qu’il le veuille vraiment, et ça avait entraîné toute une histoire. C’est alors que le gorille sortit un couteau. Le jeune cyborg se crispa, resserrant sa prise sur son étui de ceinture. Là, ça devenait plus grave. Si l’homme agressait la vendeuse, il ne pourrait plus rester là sans rien faire. Il hésita encore un peu, puis se dit que tant pis, la situation devenait trop critique, il devait intervenir. Il commença à sortir son arme de sa pochette, le plus doucement possible pour prendre l’homme par surprise. Mais il s’interrompit en entendant la façon dont la forgeronne lui répondait. Il fut sidéré par le cran qu’elle manifestait. D’un calme olympien, elle se permettait même de provoquer le colosse. Mais elle allait se faire casser la figure ! A quoi pouvait-elle bien penser ? Ou bien s’attendait-elle à ce que l’autre type derrière le comptoir intervienne ? En tout cas, la réaction n’allait sûrement pas se faire attendre, Eddy en était sûr. Et il ne pouvait pas se permettre de rester spectateur plus longtemps. Il assura donc sa prise sur la crosse de son arme et finit de l’extraire de son logement, la pointant résolument sur l’homme tout en s’écriant du ton le plus ferme possible :

« Lâchez votre arme ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Dim 09 Nov 2014, 04:58
- J'suis sûre que d'un truc : toi tu me connais pas. C'pas en me menaçant dans MON commerce que tu vas avoir une réponse. Maintenant si tu ranges ton joujou et me redemandes gentiment, j'peux envisager de te répondre. Sinon tu dégages d'ici avant que je te colle mon poing dans la figure et que t'aies besoin d'inventer une excuse pour pas te péter la honte devant tes copains.

Le gus ricana. Elle était plutôt convaincante la petite forgeronne.

- Lâchez votre arme !
Oh la la … C’était au tour du gamin. Surpris le garde du corps se retourna et rit de plus belle.

- Vous vous prenez pour qui bande d’asticots !

Il s’approcha dangereusement de l’adolescent, j’en profitais pour sortir et je sautai sur le dos du gaillard. Je l’entendis râler en tournant sur lui-même. Essayant de m’agripper je finis par lâcher, retombais et me relevais dans une roulade. Ah, bonjour les dégâts.

Agitant son bras dans tous les sens, couteau en avant, le gorille essayait de me happer.
- J’aurais ta peau, grogna-t-il.

J’esquivais les coups jusqu’à ce qu’une opportunité s’offre à moi. Une ouverture, mon poing se ferma, et avec beaucoup d’élan s’abattit dans sa mâchoire. Mes doigts craquèrent, une douleur remonta dans ma main. Je reculais, le gars chancela. Pas longtemps. Secouant la tête, un long râle sorti de sa gorge, et il reprit pleine conscience.

Dans un endroit clos comme celui-ci j’étais content de ne pas être le seul à me battre. Oui, la rouquine défendais à merveille son lieu de travail, quant au gamin …
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race: Humain
Niveau: Amateur (2/4)
Inventaire:
Admin - Furie rousse
Admin - Furie rousse
avatarShankaMessages : 435
Age : 30
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Dim 09 Nov 2014, 06:54
La grosse baraque sur pattes n'avait pas l'air de prendre très au sérieux l'alchimiste. Pourtant elle devrait. Cela dit, la brute n'eut pas le temps de répondre : voilà que le gamin venait faire son petit malin. Pourquoi les gens ne comprennent jamais quand on leur demande de rester tranquille ? Il pointait un pistolet à bille sur le type, qui, vu sa masse, ne risquait pas de sentir grand chose, à moins qu'un projectile ne le touche en plein dans l'oeil. Probabilité très faible, à moins que le gamin soit ultra doué.

Pour le coup, Shanka comprenait très bien que le gorille éclate de rire. Elle en aurait presque envie elle aussi, mais elle se retint et se contenta de lever les yeux au plafond. Forcément, la brute prit pour cible le mioche, proie plus facile. Mais le premier client de la journée se décida à intervenir et sortit de sa cachette pour choper l'agresseur par derrière. Là aussi, on repassera sur la discrétion.

- Qu'est-ce que vous captez pas dans les mots "Restez tranquille", franchement... ? Enfin bon, toi viens-là, et pose-moi ce truc, j'ai pas envie de me manger une bille dans le dos.

Attrapant Eddy par la peau du cou, elle le tira en arrière pour le planquer derrière une étagère plein de katana. Revenant à la petite bagarre, qui risquait de provoquer son système de sécurité au passage si ces imbéciles pétaient une vitrine, elle constata que la grosse brute essayait d'épingler Grand Dadais. Faut croire que c'était lui le fameux Félin qu'il cherchait.

N'appréciant que moyennement le bordel qui commençait à régner dans sa boutique, l'alchimiste concentra son énergie dans ses poings et s'agenouilla au sol avant de le frapper. Ceci libéra une petite onde de choc qui faucha toutes les personnes debout, les flanquant à terre. Ce n'était pas violent au point de blesser, il s'agissait juste de les foutre au sol. Profitant de l'ouverture, Shanka bondit sur la grosse brute, lui broya un poignet avec le pied pour qu'elle lâche son couteau et se cala sur elle avant de lui coller un pain en pleine figure. Elle avait beau être petite, c'était du costaud et elle maîtrisait assez bien sa force pour péter un nez.

- J'accepte pas les règlements de compte à l'intérieur. Tu pètes la gueule de ton Félin dehors comme tu veux, j'm'en tape, mais ici c'est CHEZ MOI. T'as deux secondes pour déguerpir avant que je te refasse le portrait à un point que tu pourras plus rien espérer de la chirurgie. Et tu diras à ton chef d'aller faire ses commandes ailleurs.

Ce qui revenait à passer le message "Tu commandes ailleurs ou tu vires ton abruti de sous-fifre qui fout le bordel dans ma boutique", et probablement à une sérieuse correction pour le gars dans son gang ou allez savoir quelle organisation. Pas bête non plus, l'alchimiste attendait un assentiment de la part de la grosse brute avant de se lever. Pas question de la laisser bouger sans être un minimum sûre qu'il n'allait pas tenter quelque chose. Et encore, elle resterait sur ses gardes même une fois debout.


Alors Invité... tu veux jouer avec moi ? [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race: Cyborg
Niveau: Débutant (1/4)
Inventaire:
Sniper
Sniper
avatarEddyMessages : 42
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Lun 10 Nov 2014, 04:43
Voyant l’homme s’approcher de lui en rigolant, Eddy fit un pas en arrière, se retrouvant ainsi dos à la vitrine. Serrant les dents, il leva un peu plus son arme.

« Restez où vous êtes ! Sinon je tire ! »

Il tentait de garder son calme mais il n’en menait pas large. Qu’allait-il faire si l’autre continuait à avancer ? Tant pis, il serait obligé de tirer. Mais soudain, un mouvement derrière le gorille attira l’attention du garçon, et son adversaire se mit à gesticuler dans tous les sens, avant de tourner le dos à Eddy. Ce dernier vit le premier client au sol un peu plus loin, qui se relevait pour éviter les coups de couteau que le colosse tentait de lui porter. Cette fois, il n’avait plus le choix, il fallait qu’il agisse avant que l’homme aux kebabs soit blessé. Il tenta de viser l’une des jambes du gros type, mais il se sentit attrapé par le col et tiré en arrière. Sous la surprise, son doigt vint presser la détente de son arme et une bille partit il ne sut trop où. Perdant à moitié l’équilibre, il se retrouva plaqué contre une étagère par une main ferme qu’il reconnut enfin comme celle de la forgeronne.

« Mais… »

Il n’eut pas le temps d’interpeler la vendeuse, celle-ci s’était déjà un peu éloignée pour… frapper le sol à mains nues ? Eddy sentit le plancher vibrer brusquement sous ses pieds, et il lâcha son pistolet pour se cramponner à l’étagère contre laquelle il s’était retrouvé. L’arme tomba au sol et glissa un peu plus loin, mais le garçon n’y prit pas garde, trop occupé à observer la suite de la scène. La femme l’impressionnait de plus en plus. A présent, voilà qu’elle bondissait sur la grosse brute à terre et lui envoyait son poing dans le nez avant de le menacer de bien pire s’il ne dégageait pas. Ouah, elle était vraiment forte en fait ! Sans bouger, il attendit de voir la réaction du gorille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Lun 10 Nov 2014, 10:43
Après avoir reçu un petit projectile dans le mollet, ce fut un espèce de tremblement de terre qui me faucha mes jambes. Je tombais sur les fesses sans aucune prise pour me rattraper.
Heureusement mon adversaire subit le même sort. Et pas que … Shanka fonça sur lui et lui frappa le poignet puis le nez qui craqua sous le choc. Le gaillard émit un cri de douleur et porta les mains au visage.

- J'accepte pas les règlements de compte à l'intérieur. Tu pètes la gueule de ton Félin dehors comme tu veux, j'm'en tape, mais ici c'est CHEZ MOI. T'as deux secondes pour déguerpir avant que je te refasse le portrait à un point que tu pourras plus rien espérer de la chirurgie. Et tu diras à ton chef d'aller faire ses commandes ailleurs.

Mon humeur changea du tout au tout. Je n’acceptais pas d’avoir ainsi mis en danger des civils et de les avoir impliqué dans les quelques complications que comporte mon petit commerce illégal.
Le gorille grogna en guise de réponse, ne sachant ce que cela signifiait je pris le relais.
- Nous sortons immédiatement, mon ton sec et dur.

Maintenant qu’il était blessé il était plus facile pour moi de maîtriser la bête. Je l’attrapais par la nuque et le poussa à l’extérieur. La journée était bien avancée, il y avait du monde dehors.
Je repassais la tête par la porte de la boutique :
- Shanka, je repasserai demain, désolé pour le désordre, je paierai les dégâts.
Et je repartis aussitôt attraper mon gaillard. Je clopinais, je ne sais ce que j'avais reçu mais ça faisait un mal de chien.

J’étais hors de moi, il était temps de mettre un terme à cette mascarade. Je savais exactement où finir cette histoire. Je grognais à l’attention du larbin :
- Allons derrière chez Jo’ sans faire d’histoire tu veux, et là tu pourras finir ce que tu as à faire.
Il m’agrippa histoire que je ne m’échappe pas. De l’autre main il se tenait toujours le nez qui n’avait cessé de saigner. Elle ne l’avait vraiment pas loupé.

Chez Jo’, club peu recommandable, ce qui pouvait bien se passer là-bas y rester. Très pratique … Et derrière était une ruelle qui restait sombre à longueur d’années. Je vous laisse imaginer ce qu’il pouvait bien s’y passer.

Arrivé sur place, je me sentis décoller. Les hostilités commençaient. Un contre un cette fois, il ne s’en sortirait pas aussi bien.

Mon sang bouillonnait dans mes veines, et la rage guidait mes actes. Je vous épargnerai les détails. Après de violents coups échangeaient je finis par mettre à terre mon rival. Je sortis mon 2ème couteau dont la lame était en dents de scie. J’arrachai la manche de l’homme et lui enfonça dans la bouche pour étouffer tout son qui pouvait en sortir. Lui assénant un nouveau coup derrière la nuque, il s’étendit de tout son long sur le sol.

- Tu aurais dû t’arrêter bien avant tu vois, sifflai-je entre mes dents. J’avais enlevé ma veste en cuir la déposant non loin. Je sais que tu suis les ordres, mais parfois, faut rester raisonnable hein ! Je m’énervais de plus en plus.

Attrapant son bras je l’étendis puis me posa sur sa main droite, sa main directrice. Il ne bougea quasiment pas, trop comateux. Je répugnais à ce que je m'apprêtais à faire.

- Moi aussi j’ai un message pour ton Patron ...
Je plantais mon couteau dans son majeur, jusqu’à le sectionner. Et refis de même avec son annulaire. Il hurla puis fini par s’évanouir. Je lui fourrais les doigts sectionnés dans une de ses poches et partis, le laissant gésir là.

Attrapant ma veste il fallait maintenant que je me calme. J’avais horreur de ça, mais dans ce milieu il fallait parfois en arriver là pour se faire respecter. Une larme coula, que j’écrasais immédiatement sur ma joue. Je marchais longuement dans les rues de Tridéris-city. Ma main était plus que douloureuse et boursouflée. J’avais pour habitude de me soigner seul, mais là, il fallait l’intervention d’un expert. Le soleil descendait dans le ciel, je me dirigeais lentement vers l’hôpital ...
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race: Humain
Niveau: Amateur (2/4)
Inventaire:
Admin - Furie rousse
Admin - Furie rousse
avatarShankaMessages : 435
Age : 30
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Sam 22 Nov 2014, 07:01
La grosse brute devait être à moitié débile, ou alors Shanka avait cogné trop fort, vu que le type grogna au lieu de répondre distinctement. Le client du jour intervint alors, semblant décidé à régler le soucis par lui-même, et surtout dehors. Si ça lui faisait plaisir... l'alchimiste se releva pour le laisser attraper son copain et le mettre debout avant de le jeter dehors. Tant qu'ils faisaient ça à l'extérieur, ça lui allait. Et puis elle avait délivré son message, pas besoin de plus.

Elle éclata de rire alors que ce Félin repassait la tête dans sa boutique.

- Ya pas de dégâts à part le pif de ton pote donc t'en fais pas. A demain, et essaye de rester en vie.

Ceci réglé, Shanka ramena son attention sur le gamin qui, lui semblait-il, avait tiré. Les jeunes... peuvent jamais écouter ce qu'on leur dit. Enfin bon, rien de grave n'était vraiment arrivé, alors ça allait.

- Tu devrais éviter de jouer au héros comme ça, surtout contre des brutes pareilles. Il aurait pu te briser la nuque en une seconde.


Alors Invité... tu veux jouer avec moi ? [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race: Cyborg
Niveau: Débutant (1/4)
Inventaire:
Sniper
Sniper
avatarEddyMessages : 42
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Dim 23 Nov 2014, 09:24
Eddy vit les deux hommes se relever et sortir de la boutique, et ne put retenir un soupir de soulagement. C’est que, malgré ses projets de carrière plutôt ambitieux et l’attitude qu’il tentait d’adopter en permanence pour y parvenir, il n’avait pas été très rassuré pendant le combat. Ce n’est que quand les deux hommes eurent disparu dans la rue qu’il sortit du recoin où Shanka l’avait envoyé, en sautillant d’un air surexcité. Maintenant que tout danger était écarté, il retrouvait sa fougue habituelle. Vraiment, la jeune femme l’avait impressionné. Courant se planter devant elle, il s’exclama, des étoiles dans les yeux :

« Ouah, vous avez été super ! Comment vous faites pour faire trembler le sol comme ça ? C’est ça votre magie en fait ! C’est trop bien ! Et ce gros type, il a eu aucune chance avec vous ! Qu’est-ce qu’il s’est pris dans les dents ! »

Il se calma un peu en entendant les paroles de Shanka et fit la moue.

« J’allais pas rester sans rien faire ! Un grand garde du corps ne reste pas tranquillement à regarder quand les gens sont en danger ! Et en plus j’avais mon… »

Il s’interrompit et regarda autour de lui, vers le bas. Il venait de réaliser qu’il n’avait plus son pistolet. Il le repéra par terre, au pied de l’étagère où il s’était réfugié un peu plus tôt. Il revint sur ses pas et se baissa pour le ramasser. Il en ouvrit le chargeur et constata qu’il manquait une bille. Maintenant, il se rappelait vaguement avoir pressé la détente au moment où la forgeronne le tirait en arrière. Mais apparemment, il n’avait dû toucher personne. Lentement, il commença à faire le tour de la boutique, plié en deux, les sourcils froncés, à la recherche du projectile perdu. Il n’avait pas énormément de munitions, et il ne tenait pas à en égarer.
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race: Humain
Niveau: Amateur (2/4)
Inventaire:
Admin - Furie rousse
Admin - Furie rousse
avatarShankaMessages : 435
Age : 30
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Ven 28 Nov 2014, 08:43
Shanka rigola alors que le gamin faisait son éloge, et continua quand il fit la moue en ressortant des histoires de garde du corps.

- T'es pas encore un graaaand garde du corps j'te signale. Quand tu le seras, tu pourras agir comme eux, mais en attendant évite.

Elle haussa un sourcil alors qu'il fouinait dans sa boutique, le nez baissé, cherchant clairement quelque chose après avoir récupéré son pistolet. Elle tilta, se rappelant le tir et cela lui confirma qu'elle n'avait pas rêvé. Par contre elle n'avait pas du tout fait attention à la cible atteinte. Elle était cependant sûre d'une chose : ça n'avait pas touché de vitrine ni de zone sensible, sinon le système de sécurité se serait mis en route.

Il boitait pas un peu le Félin en sortant au fait ?

- Si tu cherches ta bille, à mon avis tu la trouveras pas ici. L'alarme se serait déclenchée. T'as peut-être touché ce gros imbécile, ou son copain de félin.

Pour sa part, l'alchimiste retourna à son comptoir et récupéra l'arme de son client qu'elle avait laissée là pendant qu'elle mangeait son kebab.

- C'est pas tout ça mais j'ai du boulot. Alors à moins que subitement tu prennes quelques années et veuilles acheter une arme, tu peux filer t'entraîner ailleurs.

Ce qui n'était pas dit méchamment. Elle préférait juste se mettre au travail et, surtout, éloigner le gamin des environs. Elle ignorait ce que le Félin allait faire au gros type mais ne voulait pas prendre le risque que des copains déboulent ici en force pour se venger ou allez savoir quoi. Du moins pas avec le gamin au milieu.


Alors Invité... tu veux jouer avec moi ? [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Race: Cyborg
Niveau: Débutant (1/4)
Inventaire:
Sniper
Sniper
avatarEddyMessages : 42
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   Dim 30 Nov 2014, 08:05
La moue d’Eddy revint à la charge, lui donnant l’air franchement enfantin.

« Bah, je suis presque un garde du corps d’abord. Je serai bientôt aussi doué qu’eux. Et pour ça, je dois bien m’entraîner en conditions réelles ! »

Puis il prit un air pensif quand Shanka suggéra qu’il ait pu toucher l’un des deux hommes en tirant. D’un côté, s’il avait touché le gros type, cela montrait bien qu’il avait visé juste, malgré le mouvement en arrière provoqué par la forgeronne. Dans ce cas, il avait vraiment de quoi être fier de lui, contrairement à ce que la vendeuse venait de dire. Même en déséquilibre, il avait su atteindre sa cible, comme l’aurait fait un vrai professionnel. Par contre, s’il avait atteint le premier client, les conclusions étaient beaucoup moins glorieuses. Cela signifiait qu’il avait blessé un inocent. Comment savoir ? Soudain, son visage s’éclaira. Avant de partir, l’homme avait dit qu’il reviendrait le lendemain. Il pourrait toujours lui poser la question. Il serait fixé. Et peut-être même l’autre aurait-il récupéré sa bille. Dans ce cas, il la lui rendrait.

C’est alors que son interlocutrice lui proposa d’aller s’entraîner dehors. C’était une excellente idée. Et puis, il devait la laisser travailler pour le moment, elle avait de quoi faire avec le couteau de l’homme à réparer. A nouveau tout joyeux, le garçon hocha vigoureusement la tête, ignorant la petite pique sur son jeune âge. Avec un grand sourire, il s’exclama :

« Bien m’dame ! Et si je reviens demain vous pourrez me montrer comment vous faites pour fabriquer les armes ! »

Il n’avait pas oublié que Shanka avait accepté un peu plus tôt de lui montrer son travail. Pour ce genre de choses, il ne perdait jamais le nord. Sans attendre la réponse, il se détourna et quitta la boutique de son pas sautillant, non sans s’être retourné pour faire signe à sa propriétaire et la gratifier d’un « à demain ! » enthousiaste.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Forgeron, forges-tu ?   
Revenir en haut Aller en bas
 Forgeron, forges-tu ?Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» La Taverne du Nain Joyeux
» Flosi, le forgeron nain
» Aaron Steiner, le Forgeron Onirique[Pas fini]
» Livre XIV : Les forges des anneaux de l'Eregion (1)
» William Turner, le Forgeron [Need a second validation]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-